Des acheteurs d’un bien immobilier en ont fait la douloureuse expérience : Ils sont déboutés en première instance, en appel et en cassation de leur demande d’exécution forcée de la vente (Cass.3éme civ.27 juin 2019, n° 18-15863) .

 

 

Pourtant ils avaient fait une offre qui indiquait les éléments suivants : Prix, identification du bien, financement et modalités de paiement (comptant à l’acte authentique), nom du notaire.

 

Le vendeur, de son coté, avait accepté l’offre par mail, après la tenue d’un conseil d’administration autorisant la cession. Il avait précisé à l’agent immobilier qu’il était à sa disposition « pour tout document ou toutes formalités ultérieures nécessaires pour réaliser la vente ».

 

Les notaires étaient rentrés en contact pour préparer la promesse et celui du vendeur avait fait des demandes de pièces à transmettre au notaire des acheteurs pour « pouvoir préparer la promesse ».

 

Les juges ont déduit de ces éléments (qui sont pourtant classiques !) que les parties avaient d’un commun accord soumis leur consentement à la signature d’un avant contrat de vente, qu’elles étaient donc restées au stade des pourparlers et que la vente n’était pas parfaite.

 

Il ne suffit plus de brandir l’article 1583 (accord sur la chose et le prix) du code civil pour que la vente soit parfaite : Avant la signature du compromis, le moment de la conclusion de la vente est incertain et soumis, en cas de litige, à l’appréciation des juges.

 

Ils rechercheront s’il y a eu rencontre de volontés sur les éléments essentiels de la vente et si les parties ont voulu s’engager fermement lors de l’offre d’achat et son acceptation (Article 1113 et suivants du Code Civil).

 

Il est intéressant de noter que pour savoir s’il y avait eu accord des parties, les magistrats ont pris en compte des faits postérieurs à l’offre et à son acceptation (échanges entre les notaires). Preuve que c’est tout le process de négociation qui est analysé.

 

CONSEIL : Plus que jamais, et a minima, la rédaction des offres d’achat doit être très minutieuse sur les conditions essentielles de la vente et l’expression de la volonté des parties de s’engager.

 

Le Cabinet Dubuis Talayrach est à votre disposition pour vous accompagner et vous conseiller sur ce sujet.

 

 

 

 

 

 

 


Logo Caroline Dubuis Talayrach
Cabinet en droit des affaires, droit de la franchise et droit immobilier
75, Rue Marcelin Berthelot - Antelios C - 13858 Aix en Provence Cedex 3
Tel : 04 42 27 09 08 - 06 16 72 18 90 - Fax : 04 42 39 15 54
cdubuistalayrach@cdtavocat.com - www.cdubuistalayrach.com


Imprimer cet article